On a arrêté les bouteilles plastiques

Enfin on te raconte notre arrêt définitif des bouteilles plastiques ! (Ola du public) Je dois t’avouer que j’avais commencé cet article il y a deux mois, mais j’ai un peu dévié et il s’est transformé en L’épisode 1 de notre prise de conscience. Bref, les aléas du direct ! Surtout une bavarde frappée par la déformation professionnelle d’être à l’aise avec son clavier…

Avant tout, je voulais que tu comprennes le cheminement, on ne s’est pas réveillé un jour comme frappés par un éclair de génie en se disant « Chaton, il faut sauver la planète ! ». Comme toujours, nous sommes des gens très mesurés… Donc si tu ne connais pas le début de l’histoire, fais gaffe cet article est l’épisode 2… ou 3.

Aujourd’hui on t’explique le comment du pourquoi on a arrêté les bouteilles en plastique il y a un an et demi et comment on survit sans boire. JOOOOKE ! On te donne les alternatives qu’on a adopté pour remplacer ce contenant pas si indispensable et son contenu.

Pourquoi on a arrêté d’acheter des bouteilles plastiques ?

La première réflexion est partie d’un constat qu’on peut tous faire très simplement : l’ampleur des déchets de ma poubelle jaune. Ça peut aussi se traduire par la fréquence à laquelle tu la sors. Tu as compris l’idée. Alors oui, je te vois venir « mais la poubelle jaune c’est pour recycler les déchets ». En théorie oui, en pratique c’est un peu moins joli comme histoire.

Interruption de votre programme pour un rapide reportage très documenté

La vie d’une bouteille plastique (version conte de fées politique)

Fabrication en plastique recyclé et remplissage éthique ➜ Supermarché ➜ Poubelle jaune ➜ Centre de tri ➜ Recyclage pour fabriquer de nouvelles bouteilles ou d’autres matières.

La vie d’une bouteille plastique (version IRL de la vie réelle)

Fabrication issue de dérivés du pétrole et remplissage pas toujours éthique ➜ Supermarché ➜ Poubelle jaune ➜ Centre de tri ➜ Containers ➜ Croisière en paquebot ➜ Débarquement sur les plages du Sri Lanka, de la Malaisie, des Philippines… ou agrandissement du 7ème continent.

Ici c’est Duloc, c’est un monde parfait…

La réalité c’est que la France, comme beaucoup de pays dits « développés », n’a pas assez de centre de recyclage et envoie ses déchets à l’autre bout du monde, là où on ne peut plus les voir… Aujourd’hui, on estime donc que moins de 10% des déchets recyclables sont vraiment recyclés… YES !

Reprise de votre programme

DONC… Je me suis dit que c’était vraiment trop ! Pour savoir par où commencer, j’ai simplement regardé ce qui était le plus présent dans la poubelle : sans surprise… les bouteilles d’eau. En même temps, logique : à raison d’au moins un litre d’eau par jour et par personne, ça va vite. Encore plus si tout le monde décide de boire son litre et demi…

Finalement, rien de très extravagant, simplement un constat et l’envie de vouloir changer les choses à notre échelle.

Comment on a arrêté les bouteilles plastiques ?

Encore une fois, on n’a pas inventé l’eau tiède. La solution logique, c’est évidemment l’eau du robinet. Mais ce qui nous chagrinait surtout c’était : le goût, le calcaire et le chlore. On vit dans une région très, très calcaire qui t’oblige à laver régulièrement les verres au vinaigre blanc.

Pour le reste, on était plutôt confiants. Les produits chimiques dans l’eau tout ça, tout ça, ce n’est pas vraiment ce qui nous tracassait. Et comme l’a dit un jour une célèbre exploratrice du nom de Juliette Delastreet, « en France, on a certainement une des meilleures eaux potables du monde, directement dans notre cuisine ». Une grande dame, je vous le dis !

Tout ça pour dire qu’on a la chance de pouvoir consommer l’eau de notre robinet sans avoir peur de mourir. Le seul point noir qu’on voulait éviter c’est le calcaire et le chlore. On a pensé à des carafes filtrantes type Brita, mais (là j’avoue que j’ai fait ma relou mais j’assume entièrement) je ne voulais pas générer d’autres déchets de type « inclassables » avec les filtres qu’il faut changer régulièrement. Cette solution n’a donc pas été envisagée très longtemps.

Au lieu de ça, on a opté pour des petites billes magiques et une gourde filtrante. On t’explique…

Les petites billes magiques

Premiers accessoires qui ont révolutionné l’eau à la maison : les perles de céramique. « Mais qu’est-ce qu’elle dit la dame ? » Oui, des perles m’ont permis de réduire mes déchets.

L’utilisation est simple : mettre 15 perles dans une carafe, la remplir, attendre 20 minutes et boire une eau déchlorée, sans goût ni calcaire. Magique ! Les perles qu’on a choisies sont de la marque Vert Mouton et ne sont pas seulement composées de céramique mais aussi de 80 souches de micro-organismes. Pas de panique, tu manges tous les jours des micro-organismes ! Tu paries ? Il y en a dans les yaourts, le fromage, le pain… sous la forme de levure, bactéries, micro-champis…

Ces petits gars vont donc débarrasser l’eau de tous les composants chimiques très sympas comme l’ammonium, le chlore, les nitrates, le calcaire… Et l’eau retrouve son goût neutre. J’ai bien dit neutre, pas un goût de Volvic.

Suite des bonnes nouvelles, ces perles ne se dissolvent pas et sont utilisables pendant 10 ans minimum. Tu peux les utiliser pour tout : machine à café, bouilloire, lave-linge, lave-vaisselle, etc… Leur action est aussi reconnue pour :

  • Éviter le développement de maladies.
  • Rendre l’eau plus hydratante. Les micro-organismes la ramène à l’état d’eau vive pour une meilleure assimilation.
  • Et plus saine pour la flore intestinale.

Trêve de blablas, je n’écris pas pour Science&Vie. Si tu veux tout savoir on t’invite à visiter cette page très bien expliquée.

Une question te taraude ? Le prix ? Le sachet de 15 perles coûte seulement 12,90€ ! Je te promets ! Il faut compter un sachet par contenant mais franchement pour ce que cela fait économiser, ça vaut le coup.

Pour la petite anecdote, Alex n’y croyait pas du tout, mais il a été obligé d’avouer que c’est super efficace !

Une gourde filtrante pour les déplacements

Vu qu’à la maison, le problème était réglé, on a aussi trouvé une solution pour les déplacements. En soi, on peut aussi transvaser l’eau préalablement passée par la carafe, dans une gourde ou mettre des perles de céramique dans sa gourde. Si c’est pour aller bosser ou pour une séance de sport, c’est parfait. Ici, on parle plutôt d’une utilisation pour la rando ou encore le voyage.

Comme on t’en parlait déjà dans un autre article, on a adopté la gourde filtrante Lifestraw Go 2. Ici, il suffit de remplir ta gourde avec de l’eau (du robinet, d’une rivière, d’une flaque d’eau, d’un abreuvoir…) et de boire à la paille pour obtenir de l’eau complètement safe (à 99,99%). En passant par le maillage ultra-fin de la paille et son filtre de charbon, l’eau est débarrassée des pesticides, parasites, bactéries, produits chimiques, micro-plastiques… pour devenir entièrement potable. Décidément, que de magie aujourd’hui !

La Lifestraw est en plastique alimentaire certes mais sans BPA (un dérivé cracra du pétrole). Elle a une contenance de 400mL ce qui n’est pas mal du tout et puisque tu peux la remplir partout, c’est suffisant. Bref, une super gourde pour voyager et pour les randos ou trekking.

Alors, alors, tu arrêtes quand les bouteilles plastiques ?

En vrai de vrai, arrêter les bouteilles plastiques est bien moins compliqué qu’on ne le pense. Il suffit de se lancer et éventuellement de connaître des alternatives pour ne pas subir les aspects négatifs de l’eau du robinet. Évidemment, on essaie autant que possible de ne pas oublier notre gourde et de ne pas prendre les bouteilles offertes lors des conférences ou séminaires. C’est plus dur car la bouteille est souvent posée juste devant toi et le reflexe est de l’ouvrir. J’avoue que ça m’est arrivé une ou deux fois… Mais ce n’est pas grave, on n’est pas ici pour juger mais pour s’entraider (et sauver le monde !) alors on espère t’avoir un peu inspiré.

A ton tour, raconte-nous ton parcours, tes réticences peut-être, on serait ravis d’échanger avec toi.

Vive les gourdes, les carafes et les perles !

Peace!

Clo.

Leave a comment

Entrez Captcha ici : *

Reload Image